8, 9 et 10 novembre 2022 Eurexpo LYON - France Salon Interprofessionnel du Froid et de ses Applications

Entretien avec Jean-Luc Carré, Président, Snefcca

Depuis la mise en place du règlement F-Gas en 2015, les entreprises des métiers du froid, de la cuisine professionnelle et des pompes à chaleur ont fourni des efforts conséquents dans la diminution progressive de l’utilisation des Gaz à Effet de Serre Fluorés et ont ainsi respecté le calendrier mis en place. Résultat : sur la période 2018-2020, la mobilisation de l’ensemble de la filière a permis une consommation moyenne de 43 % de fluides frigorigènes en tonne équivalent CO2 par rapport à la période de référence (2009-2012), soit 20 % de moins que l’objectif fixé par le Règlement (63%).

La F-Gas prévoit de nouvelles restrictions au 1er janvier 2022 avec l’interdiction de mise sur le marché des systèmes de réfrigération centralisés multipostes à usage commercial d’une capacité nominale supérieure ou égale à 40 kW et qui contiennent des gaz à effet de serre fluorés dont le PRP (potentiel de réchauffement planétaire) est supérieur ou égal à 150, ou qui en sont tributaires, à l’exception des circuits primaires de réfrigération des systèmes en cascade dans lesquels des gaz à effet de serre fluorés dont le PRP est inférieur à 1 500 peuvent être utilisés. Les installateurs vont devoir continuer à s’adapter.

Rappelons que le manque de techniciens rend la situation complexe. Les résultats obtenus ces dernières années sont dus aux efforts importants de la profession mais cette évolution reste difficile pour la majorité des entreprises qui sont de taille modeste, de 10 à 20 salariés. De plus le Règlement ne propose pas de solutions pérennes de substitution aux fluides fluorés. N’oublions pas qu’une installation est un investissement sur plusieurs années (20 à 30 ans) et que le changement de règlementation trop fréquent freine l’adaptation du marché.

Le Snefcca continue bien sûr d’accompagner et de soutenir les entreprises dans cette transition car l’ensemble du marché devra faire évoluer ses habitudes en basculant, entre autres, vers des équipements et des fluides à faible PRP qui nécessitent un investissement important dans la formation technique des salariés et dans du matériel adapté. L’’évolution de la réglementation doit prendre en compte ces faits et ne pas être trop contraignante pour les acteurs de la filière.

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Luc Carré, Président, Snefcca